750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 08:49

Saida 1

Ce matin, la corniche dans le dos, direction plein sud, place Bab el Saray, à Saïda, qui n'est pas exactement le centre du monde, ou plutôt si. Café Salloum, nous parviennent les cris des enfants de l'école Acka. D'autres jouent sous nos yeux, devant la mosquée. Nous avons trouvé l'ombre en terrasse, que sont les branches d'oliviers. Un jus d'orange, un thé. Un homme qui crie Ahmed. L'enfant accoure. Dans une ruelle du souk qui a récemment fait l'objet d'un programme de rénovation (on le dirait surgit ce matin, bâti dans la nuit, un enchantement), c'est Mahmoud – voix de femme, et l'homme de se retourner. La ville nous a comme avalé. Là, on est bien.

Saida 2

Café Salloum, donc. Immense café vieillot au plafond élevé (autrefois un caravansérail). Surtout qu'on ne touche pas à la poussière accumulée sur le sol. Aussi précieuse que l'or. Oui, surtout ne rien changer, pas même les intrigantes chaises en plastique jaune. On imagine l'employé - palestinien né au Liban - de notre avis.

Saida 3

Plus tard, dans une allée du souk, stopper son élan devant deux hommes aux mains agiles, aux doigts étrangement longs et tranchants.

(Saida 4)

D'éternité, ils donnent vie à des maamoul qu'ils modèlent, confectionnent plus qu'ils ne les cuisine. Il s'agit d'une farce de pâte de dattes nichée au cœur d'une pâte de très fine semoule, le tout cuit au feu de bois. On goutte et on entrerait presque en religion.

Saida 5

Saida 6

La visite du Château de la Mer (Qalat al-bahr) est dispensable, s'entend-on dire, alors autant repartir et progresser plus loin encore dans le sud pour atteindre Tyr après avoir traversé les camps palestiniens de El Bass, Bourj el Shemali et Rashidye.

Saida 7

Comme souvent, les ruines (le site archéologique d'Al-Bass) m'exaltent moins qu'une scène croquée sur un marché. Celui de Tyr, parmi les plus vivants du Liban, en compte des innombrables.

Saida 8

Saida 9

Puis, c'est la montagne, s'enfoncer longtemps dans les vallées majestueuses et grimper jusqu'à la colline de Mlita pour visiter le sinistre Musée de la Résistance, érigé sur le lieux même d'une bataille gagnée contre l'armée Israélienne en hommage aux soldats martyrs et à la gloire du Hezbollah, dont l'expérience singulière est aussitôt chassée une fois de retour à Beyrouth après avoir dîné dans l'une de cette poignée de cantines philippines du quartier d'Hamra ou aiment se retrouver ces expatriées qui sont filles au pair, employées de maison, cuisinières.

Saida 10

Il suffisait d'un plat (poisson, sauce tomate,œufs brouillés/riz) pour retrouver toutes ses couleurs au contact de ces autres combattantes adorables et courageuses que sont les quelques 30 000 philippines que comptent le Liban.

Saida 11

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens