750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 15:00

Pinang 1

Tant pis si le soleil doit nous rôtir la peau (l'après-midi la température frôle les 40 degrés), et quand bien même on sentirait la surface de nos bras crépiter, la vieille ville est décidément trop belle voir exceptionnelle avec son architecture coloniale, ses vieilles maisons patinées par le temps, ses arcades, ses quartiers chinois et indiens toujours en effervescence; pour qu'on se replie honteusement à l'ombre d'une terrasse ombragée, sirotant goulûment un thé au lait glacé (charme auquel tout être normalement constitué succombera tôt ou tard fatalement, la chaleur en milieu d'après midi étant tout simplement intenable).

Pinang 2

C'est donc sous une chaleur écrasante qu'on avance dans ces rues brûlantes comme l'enfer, longeant souvent de belles maisons et s'arrêtant pour laper un thé glacé - un de plus.

Pinang 3

On débouche enfin sur la Pinang Peranaka Mansion, la splendide maison ayant appartenu au siècle dernier à un riche notable chinois.

Pinang 5

A la différence de la Maison Bleue, l'intérieur de cette maison à la façade vert pomme peut être photographié, ce qui est une véritable aubaine car ses pièces d'un luxe et d'un raffinement exceptionnels sont autrement plus fournies et meublées que celles de la Cheong Fatt Tze Mansion.

Pinang 4

De fait, on est gagné par cette impression troublante que les propriétaires auraient quitté la maison la veille pour fuir les grandes chaleurs et trouver refuge dans la fraîcheur des Cameron Highlands, lieu de villégiature favori des colons britanniques de l'époque coloniale.

(Pinang 6)

Un luxe moins évident à première vue mais qui n'est pas le moindre, c'est de sauter dans le bus numéro 10 et traverser une bonne partie de la ville ce jour là congestionnée en raison d'une célébration hindoue, pour se faire déposer à Gurney Drive où se tient chaque soir au bord de la mer (du moins ce qu'il en reste, la marée ayant fait se retirer la mer sur des kilomètres, dévoilant des bancs de sable grisâtres qui rappellent la baie de Somme) le Gurney Drive foodstall qui certains soirs peut cumuler jusqu'à 130 stands.

(Pinang 8)

Pinang 7

Les crevettes comme les crabes entiers frits qu'on retrouve également dans la cuisine Vietnamienne me laissent plutôt indifférent, de même que les calamars, ce qui retient mon attention s'avérant être ces raies grillées enduites d'une sauce rouge aux petits accents de barbecue sauce, l'une des nombreuses spécialités malaises.

Pinang 9

Un choix que je ne regrette pas, prenant même plaisir à faire craquer sous la dent la partie osseuse qui s'avère cartilagineuse. Grisant.

(Pinang 10)

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

R
Je suis déjà allée à Penang, mais ... Pinang ?? C'est le nouveau nom de l'île ... ou quoi ?
J'avais adoré, évidement, comme la Malaisie.
Répondre
F


On peut dire les deux (les malaisiens disent Pinang). En effet, la Malaisie est une sacrée découverte.



  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens