750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 13:28

Mango Tree 1

On vit des expériences comme ça, qui vous font chavirer, qui vous font venir les larmes aux yeux et pour peu que vous les sentiez monter puis éclater, ce serait bien le diable si vous arriviez à en contrôler le débit. On parle ici d’un restaurant posé à l’intersection de deux rues, comme d’un gros nuage rondelet, bien blanc et rassurant arraché à la voute céleste pour être lâché en plein Bangkok, à quelques mètres de l’infernale Silom road. Qu’on se représente un ensemble de maisons traditionnelles en bois quasi centenaires communiquant entre elles et organisées autour d’une terrasse verdoyante qui tourne le dos à un jardinet au centre duquel s’écoule l’eau cristalline d’une fontaine. Vous voilà immédiatement sous le charme qui est une manière de vous avertir que vous venez l’air de rien de fouler la première marche qui va vous conduire très haut dans le ciel.

Mango Tree 2

La carte est longue, voir très longue et met en avant une quantité impressionnante de spécialités régionales dont l’énoncé seul appuyé quelquefois de photographies fait immédiatement saliver. C’est justement la mise en scène d’un curry de canard à l’ananas immortalisé par une image léchée et un brin aguicheuse, qui me met l’eau à la bouche. Porté par mon enthousiasme galopant, j’accompagne mon plat de riz brun et d’une salade de pomelo aux crevettes. L’affaire se présentait bien, mon choix sauf incident majeur allait s’avérer heureux, seulement, rien ne m’avait préparé à un tel choc gustatif, rien ni personne ne m’avait laissé présager un tel bouleversement des sens si ce n’est Joanna, deux ans auparavant qui me fit l‘éloge de cette adresse sur laquelle par deux fois nous nous étions cassé les dents parce que sans l‘ombre d‘une table disponible. Voyager seul a cet avantage de rendre le temps plus souple encore qu’à deux, de le rendre plus malléable et c’est précisément à 18h45 que je me présentais chez Mango Tree pour me voir immédiatement attribuer une table que je désirais sur la terrasse, la seule condition étant que je quitte ma table à 20h00, ce qui me paraissait le bout du monde.

Mango Tree 4

L’attente n’était pas longue, et le temps de voir passer sous mes yeux quelques assiettes généreuses et colorées aux accents de fête dont les arômes papillonnaient jusqu’à mes narines, l’entrée et le plat que j’avais souhaités servis dans le même temps, d’un geste commun, frère, firent irruption sur ma table qui tremblait déjà d’émotion et enregistrait subitement cette violence poussée de désir dont j‘étais assailli. L’ananas était sous mes yeux, impressionnant, exubérant, débordant de viande, de fruit, de légumes, de basilic thaïlandais, de saveurs et un moment je ne me maitrisais plus, je perdais le sens de la réalité. C’était avant tout juste de porter la fourchette à mes lèvres chargée de canard, d’ananas bien entendu relevés de cette sauce au curry rouge, un mélange salé/sucré qui au fur et à mesure des aller et retour de la fourchette me rendit addictif au point le surlendemain de retourner commander ce plat fétiche auquel je semblais pieds et poings liés.

Mango Tree 3

La salade était également délicieuse, avec cette noix de coco râpée inattendue tandis que le riz brun se mariait idéalement avec la sauce succulente toute de curry et de lait de coco mêlés.

Le soir suivant, j’étais de nouveau sous l’emprise de ce restaurant, de sa cuisine épique, je ne pouvais faire qu’y retourner goûter ces gambas que j’avais vu la veille sur le grill, un peu superbes, un peu exceptionnelles. J’étais de nouveau sur la terrasse, à ne pas confondre avec le jour d’après, un midi, ou je déjeunais à l’intérieur, au frais de ce curry d’ananas… Mais les jours se confondent, la langue se délie et me plonger dans de tels souvenirs, bien qu’encore frais, pourrait définitivement me faire perdre la raison tant cette cuisine dont je n’ai caressé qu’un fragment aura réussi l’exploit de toucher à la fois mon ventre, mon cœur et mon âme.

Mango Tree 5

 

 

Mango Tree

37 Soi Tantawan Surawongse Rd

Bangkrak

Bangkok

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens