750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 21:52

Le-Pere-Claude-1.JPG

Le Père Claude existe depuis 1898. C’est un siècle de trop. On espère une bonne rôtisserie et on se casse les dents sur une somptueuse fumisterie. Pour commencer, l’accueil est aussi glacial que les braises molles et tremblotantes de la rôtisserie ou végète dans le plus complet désintéressement un seul poulet qu’on croirait l’unique rescapé d’un abatage massif. Pour un peu, sa solitude nous briserait le cœur. On en veut presque au chef de tourner le dos à ce spectacle désolant et de rester prostré à scruter l’extrémité de ses longues.

Passons. On vient chez le Père Claude pour son demi-canard sauvageon, sa tête de veau sauce ravigote, son rognon de veau, son carré d’agneau à la rôtissoire ou son pied de cochon à la plancha, mais ce qui a assit sa réputation a deux pattes, un bec et un penchant affirmé pour la broche. Ici, le poulet rôti est le grand classique de la maison. Le menu affaires du midi à 29,50€ (terrine maison ou entrée du jour, poulet rôti à la broche ou plat du jour, verre de vin et café gourmand) me fournit l’occasion de juger par moi-même.

Le-Pere-Claude-2-copie-1.JPG

Première grosse déception, la terrine maison du Père Claude de qualité et de texture comparable à ce qui se pratique en grande surface, est un bloc compact sans relief, difficile à trancher, sans contraste ni volume gustatif, ou rien n’est identifiable, aucun morceau ne se distingue et dont les saveurs sont écrasées, muettes. Pour rajouter au sordide de la situation, la petite salade d’accompagnement est noyée sous une vinaigrette sursaturée et le pain, infâme, date au mieux de la veille.

Le-Pere-Claude-3--2-.JPG

Qu’on ne se soucie pas de me consulter pour s’enquérir de la partie du poulet qui me ferait plaisir n‘a rien de scandaleux, quoique. Après tout, j’aime être surpris et chaque pièce de la volaille m’a toujours sied pourvu qu’elle tienne ses promesses. Autant dire que j’ai vite déchanté lorsque fut dressée sur la table cette assiette flanquée d’une aile et de blanc légèrement carbonisés mais surtout secs au premier coup d’œil, d’une blancheur suspecte et surtout sans aucun goût malgré le coup de pouce de la sauce légère dont la très faible quantité me laisse en carafe, aux prises avec un poulet dans le coma et une purée sous cloche. Et de me dire, après cette expérience décevante et désespérante, que le Père Claude n’est pas Jacques Cagna et qu’un siècle supplémentaire ne suffirait pas à ce qu’il lui arrive ne serait-ce qu’à son orteil.

 

 

Le Père Claude

51 avenue de la Motte Picquet

75015 Paris

Tel: 01 47 34 03 05

Site: www.lepereclaude.com

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens