750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 07:56

Regalade-Saint-Honore-1.JPG

On a laissé Yves Camdeborde dans son traquenard du carrefour de l’Odéon, on le retrouve en filagramme dans la seconde Régalade de Bruno Doucet installée depuis l’an dernier à mi chemin des Halles et du musée du Louvre. Après la déconvenue du Comptoir du Relais, on se réjoui de retrouver notre Régalade favorite et sa générosité, son talent monstre qui sont comme une antidote, un contre poison après l‘expérience déplaisante du week end dernier. Seulement, il y a des jours comme ça ou rien ne va. Passons sur ce crachin intermittent qui joue avec nos nerfs, ce petit vent humide qui agace et cette grisaille qui ankylose la ville, la rend chagrin. A croire que ce climat maussade déteint sur les âmes avant de les énerver et les piquer au vif. Résultat, une cuisine au bord de l’implosion, un chef qui fait parler la poudre et invective à tout va. On comprend que l’équipe a du faire face à des forfaits de dernière minute, on devine le sous effectif, on pressent l’attente à n’en plus finir entre les plats, un résultat mitigé dans l‘assiette. On n’a pas tout à fait raison mais on n’a pas tout à fait tort non plus. En cuisine, on assure tant bien que mal un service vacillant, au cordeau, diablement long mais présent, attentif, dans son propos, sans toutefois atteindre, l’ampleur, les sommets de la Régalade de l‘avenue Jean Moulin. Bref, on retrousse les manches et c’est dans la douleur qu’on sauve les meubles pour sortir la tête haute de ce scénario catastrophe.

Régalade Saint Honoré 2-copie-1

Le client, lui, a d’autres soucis, comme de faire un sort à ce pot de terrine de volaille laquelle, comme d’accoutumée à la Régalade, précède toujours l’entrée et dont il serait bien tenté de prélever une bonne moitié, tant elle est divine.

La soupe crémeuse de potimarron, lard grillé, parmesan et gambas rôties au poivre noir vaut bien la quasi demi heure à se ronger les freins. On connait les qualités de la maison, on sait qu‘au bout de long tunnel on ne sera pas déçu, alors on ravale notre impatience et on offre notre plus beau sourire.

Regalade-Saint-Honore-3.JPG

Encore une longue plage d’attente, des cris en cuisine et une salle archi bondée dont le niveau sonore n’est pas loin de battre des records, quand arrive enfin dans toute sa superbe ce pavé de cabillaud de Bretagne demi-sel rôti sur la peau, accompagné de haricots de Paimpol cuisinés à la tomate et basilic, un plat accouché dans la douleur, certes, mais triomphant et lumineux. On apprécie tout particulièrement le quasi croquant des haricots, l’assaisonnement impeccable comme toujours chez Bruno Doucet, la finesse de la chair de ce poisson cuit avec le plus grand soin qui se détache comme on effeuille une rose, avec ce quelque chose de fragile et de gracieux à la fois.

Regalade-Saint-Honore-4.JPG

En revanche, le dessert concluant ce menu unique à 33 euros - un choco-praliné- fait bien pâle figure en comparaison des plats précédents, lequel a force d’avoir rongé son frein quelque part en cuisine dans l’air et l’ambiance surchauffées, explose en plein vol (cela devait finir par arriver, on s’en sent presque soulagé), tout avachi qu’il est, vague chose molle recroquevillée sur elle-même (la photo, pour une fois, ne s‘impose pas), quoique sauvé in extremis du fiasco complet par sa quenelle au chocolat délicieuse comme toujours qui joue malgré elle le rôle de parachute.

Enfin, comme nous dit la serveuse, «il y a des jours comme ça ou rien ne tourne rond». Et de se confondre en excuses, et de nous offrir une petite assiette de madeleines. C’est aimable mais pas indispensable car il en faudrait bien plus pour nous fâcher avec la Régalade fut-elle logée rue Saint Honoré ou avenue Jean Moulin.

 

 

La Régalade

123 rue Saint Honoré

75001 Paris

Tel: 01 42 21 92 40

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens