750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 17:56

Kura 1

Des voix mêlées, celle du chef, Kazuyki Mutoh, ancien de Nobu, de son assistant et de la brigade féminine qui n’en font qu’une lorsque la parole semble jaillir de la même bouche pour me souhaiter la bienvenue. Chaque fois cette impression que le repas se pose là, que la langue, la politesse coutumière sont incontestablement un sas qui nous font passer de la rue à cette bulle gourmande rassurante et bienfaitrice qu’est le restaurant japonais ou cette izakaya posée en plein cœur du XVIème. Il suffit de si peu: une salle lumineuse, du bois clair, une chaise au comptoir face au chef qui donne à voir les mains forcement agiles, expertes du sushiya qui découpe le poisson, roule un impressionnant maki au tempura de crabe royal.

Kura 2

L’assistant impressionne, dans son économie de geste, la douceur de chaque mouvement, du moindre déplacement. «Le corps se souvient immédiatement des réflexes des séjours précédents. On sent la sphère d’épanouissement de ses gestes se resserrer tout contre son corps», note très justement Antonin Potoski dans ses Cités abîmes, à l’occasion d’un retour au Japon. Il ajoute encore que le corps du japonais ne «dépasse» pas, à la différence de celui de l’européen qui laisse flotter son corps, laisse «dépasser» son individualité, investit l’air, l’espace autour de lui avec sa volonté. «Au Japon, on rigidifie son corps, et on prend l’habitude de vivre d’instants», conclue-t-il.

Kura 5

C’est donc un air connu de là bas, qui me console de passer ce premier printemps parmi les quatre précédents, dans mon pays d’origine et non quelque part au Japon, sur l’île de Kyushu, par exemple, la favorite. Le lendemain, c’est la même envie, le même trajet, comme s’il s’agissait de prolonger le dépaysement, d’y retourner. Un pays intermédiaire connu de nous seul, celui qu‘on retrouve avec émotion.

(Kura 4)

Menu déjeuner à 23 €, canard rôti au poivre sansyou et ses champignons, riz, miso, petites entrées et un verre de yuzu shu pour être à la fête. Le canard aurait mérité d’être moins cuit, plus tendre mais ce n’est pas scandaleux et cela gâche à peine mon plaisir.

En cuisine, le ballet des gestes, la précision millimétrique, le jeté précis des ingrédients dans la soupe compense, enchante. C’est de se sentir, soudain, une nouvelle fois déporté loin, très loin d’ici, quelque part entre Sapporo et Hokkaido.

 

Kura

56 rue de Boulainvilliers

75016 Paris

Tel: 01 45 20 18 32

Site: kuraparis.com

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens