750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 07:00

Pa 1

Élancé face à la plage depuis la petite station estivale de Starigrad lamentablement vautrée à 0 m au dessus de la mer, atteindre le cirque de Buljma situé tout de même à 1400 m d'altitude était loin d'être gagné pour un marcheur occasionnel comme moi.

Pa 2

D'autant qu'en préambule de cette belle randonnée il m'aura fallu enchaîner deux kilomètres pour atteindre l'entrée du parc puis encore deux autres pour attraper le sentier pédestre qui traverse la gorge sauvage de Velika Paklennica pendant deux bonnes heures, un spectacle qui est déjà une récompense en soi tant la végétation est luxuriante (pins noir ''paklini'' auxquels le parc doit d'ailleurs son nom - utilisés pour le cirage des bateaux et dans la médecine traditionnelle -, mais aussi hêtres, chênes blancs et charmes), laquelle se déploie sous nos yeux de concert avec le massif chauffé au soleil matinal.

Pa 3

Les deux heures que durent la molle ascension sont l'occasion d'avoir une pensée émue pour ces vaillantes femmes en provenance des villages situés dans les hauteurs qui empruntaient autrefois ce même sentier pour s'en aller porter sur leur dos des sacs de sel en provenance de la côte ainsi que des sacs de blé provenant des champs fertiles de la Lika, ce qui tient tout de même du prodige au regard du parcours sinueux et accidenté.

Pa 4

On laisse derrière soi la grotte de Manita Pec' (mon désintérêt total pour les grottes, cavernes et autre tunnels) et nous voilà déjà arrivé à la cabane forestière de Lugarnica où les gardes forestiers enchaînent, visage cramoisi, les eau-de-vie comme d'autres les foulées - le marasquin (liqueur de cerise de Zadar) se mariant particulièrement bien avec la fin de matinée, nous apprend-t-on sans parvenir à nous convaincre.

Pa 5

Un peu plus haut, au refuge de Paklenica, lui aussi en équilibre au dessus d'un cours d'eau qui semble se déverser en sourdine, l'ambiance est toute autre. Ici, le café a remplacé les alcools domestiques (qu'on verrait bien servir de combustibles aux navettes spatiales) et ne manquent que le jeu d’échec et un volontaire pour pincer les cordes de son oud pour se croire quelque part dans contreforts de l'Atlas.

Pa 6

Pa 9

Une petite heure de grimpette légère jusqu'au refuge de Ramica Dvori où charitablement on m'offre de taper autant que je le souhaite dans la bouteille d'alcool de noix maison et les choses sérieuses commencent enfin.

Pa 8

Pa-10.JPG

Trois bonnes heures de montée ardue - disons dans la souffrance - qui vont me mener au terme de mon ''expédition'' entre sentiers forestiers et sentes pierreuses, jusqu'à ces prairies caractéristiques d'un climat subalpin ou abondent certaines espèces de papillon à avoir disparu de nombreuses régions d'Europe tel le Diane, le papillon Flambé ou le Grand porte-queu mais aussi une riche végétation de terrains pierreux comme la sauge (dont de retour au refuge de Ramica Dvori je trempe mes lèvres cette fois-ci dans l'alcool du même nom) et la bruyère à balais.

Pa-7-copie-1.JPG

Pa-11.JPG

Si la redescende prend logiquement moins de temps que la montée, elle monopolise pas moins de nombreux efforts, lesquels se voient récompensé par une baignade méritée dans les eaux glacées de l'Adriatique.

Pa-12.JPG 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens