750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 19:33

J'ai tout de suite aimé sa façade en mosaïque aux couleurs fraiches, relique du temps ou la Boissonnerie n'était encore qu'une poissonnerie. C'était il y a exactement 10 ans. L'adresse qui se targuait d' offrir le meilleur de la cuisine méditerranéenne et provençale avait surgi en plein Saint Germain des Près sous l'impulsion de deux associés américano-néo zélandais. Ceci expliquant le «Fish».

Comme l'établissement compte également une belle cave de plus de 300 références, on ne s'étonnera pas que ce dernier se revendique autant bar à vins que restaurant. Cette dernière information nous éclairant définitivement sur le fantasque «Boissonnerie».

Si la façade nous envoie de délicieux et rafraichissants signaux évoquant l'univers maritime et poissonneux, à l'intérieur l'ambiance chaleureuse et cosmopolite est placée sous le signe du soleil et de la convivialité. Entendons-nous bien. N'allez pas imaginer un de ces restaurants aux murs peints en jaune délavé avec vaisselle provençale, serveuses en robes également provençales et les cigales en plastique posées sur les branches d'oliviers synthétiques subissant comme vous l'indispensable petite musique des criquets en guise de fond sonore.

Le soleil, à la Boissonnerie, c'est avant tout le service, autrement dit les serveuses, toutes anglo-saxonne et d'une gentillesse confondante qui tient presque du miracle à Paris. Vous remarquerez qu'elles ne quittent jamais leur joli sourire, quand bien même celles-ci réceptionnent un plat dans le monte charge. La grâce, le soleil, c'est également cela, ces petits riens qui vous illuminent un repas telle cette focaccia encore chaude (en provenance de chez Cosi, la sandwicherie italienne située juste en face, cuite au feu de bois et livrée fraiche toutes les 20 mn) qui fait la nique pour notre plus grande satisfaction à notre traditionnelle baguette. De mémoire, je n'en ai jamais mangé d'aussi savoureuse, en Italie ou ailleurs.


Ce qui plait surtout, une fois installé, c'est la carte ramassée et d'une extrême lisibilité (renouvelée quotidiennement, entrées et desserts à 6 euros, plats à 14, formule à 34 euros au diner), le choix des vins (350 références) avec une préférence pour les vins de propriétaires et biodynamiques complétée par un choix très intéressant de Languedoc-Roussillon, de Côte du Rhône et de Bourgogne ainsi que de nombreux belles découvertes.

Saumon sur risotto aux œufs de limpe coiffé d'un œuf poché, risotto aux anchois salés et calamars, salade keiko aux légumes et saumon mariné à l'iode ou bien Saint Jacques poêlées avec endives caramélisées, avec Matthew Ong en cuisine, rien à craindre. Dans l'assiette, c'est précis, dynamique, joliment balancé et plein de saveurs. Chaque plat est un bijou d'évidence. Simple mais avec le sens du détail. On sort de table galvanisé et on y revient sans se faire prier.

 


 

Fish La Boissonnerie

69 rue de Seine

75006

01 43 54 34 69

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens