750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 09:50
 Il y a des jours comme ça, ou un plat nous tourne dans la tête jusqu'à l'obsession.

Ce matin par exemple, je me réveille avec une furieuse envie de pot au feu. Impossible de me sortir de l'esprit le bœuf fumant et son assortiment de légumes imprégnés d'un savoureux bouillon. D'heure en heure, ma mémoire passe en revue mes dernières expériences en la matière, que se soit à Paris ou en province et une véritable folie gourmande s'empare de moi. A midi, je rends les armes et prends la décision de m'offrir un pot au feu digne de ce nom. Midi trente, j'arrête mon choix sur cette maison rue Vignon, auto-proclamée Roi du Pot au Feu, soit un petit bistrot dans le jus ou le temps semble s'être arrêté aux années 50.

Pas de temps à perdre à passer en revue une carte archi prévisible; je fonce tête baissé sur le plat vedette (18 euros) et avise le serveur qui me voyant snober la carte avait déjà anticipé mon choix (phénomène prévisible, me confiera-t-il, la majorité de la clientèle s'engouffrant dans «le pot», concédant de temps à autres un bouillon en entrée.)

Sur la table, c'est gentil: serviettes et nappe à carreaux, pot de cornichon, gros sel et vin rouge au compteur.
Dans l'assiette, c'est copieux et fumant (dans le bons sens du terme). Ma fourchette prend d'assaut le bœuf qui offre une certaine résistance et ne s'effiloche pas, gage appréciable de qualité. En bouche, ça fait mouche. Le bouillon, discret au fond de l'assiette, parfume subtilement les généreux quartiers de bœuf ainsi que le choux craquant à merveille, les navets, poireaux, carottes itou que je goute un à un avec un plaisir retrouvé. Arrive ce moment inévitable ou je brise une tranche de pain grillée et la trempe dans l'os à moelle gouteux à en faire des bonds au plafond... 

Je m'étonne et m'amuse de la vitesse à laquelle j'engloutis l'assiette et repars aussi vite que je suis arrivé. C'était simplement le plat qu'il fallait, dans le lieu qu'il fallait, au moment ou il le fallait. Quelquefois il n'en faut pas plus pour qu' une journée soit réussie.

 

Le roi du pot au feu

34 rue Vignon

75009 Paris

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens