750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 10:35
       


«Le vide est tout puissant car il peut tout contenir.»

Okakura Kazuko, Le livre du thé, 1906

                                                                                                
L'ouverture d'une maison de thé japonaise à Paris constitue toujours un événement en soi. Lorsque la mise en espace de celle-ci est laissée aux bons soins de Kengo Kuma, on en oublierait presque d'observer attentivement la préparation délicate et extrêmement codifiée du thé matcha. On a beau rester en pâmoison devant ces gestes millénaires qui témoignent d'une fascisante maitrise et se régaler d'un thé à l'amertume légère rééquilibrée par les petits gâteaux de Gerard Mulot ou les chocolats de Pierre Hermé, impossible de se retenir de fouiller du regard ce nouveau lieu ou s'interpénètrent le réel et le voyage intérieur.

D'une lecture limpide, et proposant de jouer sur une quasi absence de séparation entre l'intérieur et l'extérieur, l'espace est largement ouvert sur la rue et baigné de lumière naturelle grâce à ses immenses baies vitrées qui abolissent par temps très clair jusqu'à l'idée de frontière.

L'architecte japonais Kengo Kuma qui ne cache pas être habité par ce désir d'«effacer l'architecture» et de la rendre «transparente à elle même», et parce qu'il ne souhaite pas rompre avec son environnement mais bien être en prise directe avec le site, a opté pour la transparence qu'il a exprimé avec des volumes simples et minimaux. Aussi a-t-il accordé un soin tout particulier au choix de matériaux vernaculaires directement exploitables dans leur forme d'origine, telle des galets ou bien cette impressionnante forêt de roseaux suspendue au dessus d'une longue table-comptoir en hinoki.

L'esthétique épurée proposée par Kengo Kuma qui suggère plus qu'elle ne révèle, témoigne de la vacuité et l'impermanence que l'on retrouve dans l'habitat traditionnel japonais.

 Bannissant dès le rez de chaussée les formes trop sculpturales qui annulent le matériau et en détruisent les sensations, cet espace est complété au sous sol par une vaste pièce qui fait office de salle d'exposition et ou sont proposées à l'occasion des initiations à la cérémonie du thé.

Jugetsudo, petit frère d'une maison de thé ouverte à Tokyo en 2003 signifie «l'endroit d'où l'on regarde la Lune». 

Situé à la croisée de deux quartiers animés, l'établissement n' accueille au maximum que cinq personnes dans une ambiance sonore feutrée et toute en retenue rythmée par le ronron de la bouilloire en fonte et la conversation délicate et éclairée des maitresses du thé. C'est dire si le moment qu'on y passe est inoubliable.




Jugetsudo
95 rue de Seine
75006
01 46 33 94 90

Partager cet article
Repost0

commentaires

  • : Food'up ! Food'down !
  • : Chroniques gustatives.
  • Contact

Mes addresses

Le Pré Verre (Cuisine et vins d'auteurs), 8 rue Thénard, Paris 5è

Asian Wok (cuisine Thai avec un zeste de fusion), 63 rue Oberkampf, Paris 11è

El Mansour (Le couscous Marocain de la capitale sinon de l'héxagone), 7 rue de la Trémoille, Paris 8è
Croccante (Spécialités siciliennes, cuisine régionale à couper le souffle), 138 rue Vaugirad, Paris 15è 

Rechercher

Pages

Liens